Au tour des transformateurs de produits sous gestion de l'offre d'être indemnisés


Après les producteurs de lait, d’œufs et de volailles, au tour des transformateurs canadiens de produits sous gestion de l’offre de connaître les détails des indemnisations auxquelles ils auront droit pour les pertes encourues en raison de l’Accord économique et commercial global (AECG) et de l’accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP).


En conférence de presse, le 9 mars, la ministre fédérale de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, a annoncé les modalités du fonds d’investissement destiné aux usines de transformation de lait, d’œufs et de volailles, dont l’enveloppe de 292,5 M$ avait été annoncée lors du dépôt du budget en avril 2021.


Le programme, qui est accessible dès maintenant, permettra par exemple de financer en partie divers projets de robotisation d’une chaîne de production déjà existante, de développement d’une nouvelle ou d’installation d’un logiciel de gestion intégrée. Les projets d’achat d’équipement écoresponsable permettant de réduire la consommation d’eau ou d’énergie ou de traiter les eaux usées après la production sont également admissibles. Du financement sera par ailleurs accordé pour les mesures visant à assurer la salubrité des aliments, notamment les technologies d’emballage qui augmentent la durée de conservation ou les équipements qui réduisent les éléments pathogènes présents en usine.


« Le but du programme est d’aider vos usines à gagner en productivité et en efficacité, […] d’abord en faisant l’acquisition de nouvelles technologies et d’équipement innovant », souligne la ministre.


Projets financés à 50 % pour les PME


Les petites et moyennes entreprises seront priorisées, au moment de faire leur demande, a spécifié Mme Bibeau, et pourraient recevoir un financement couvrant jusqu’à 50 % des coûts de leur projet. Pour les entreprises de 500 employés et plus, la contribution pourra s’élever à 25 %. Le ratio de partage des coûts augmentera de 10 % pour les entreprises dirigées en majorité par des jeunes de 35 ans et moins, des femmes ou des groupes sous-représentés.


Le processus de demande se fait en deux temps. Il faut d’abord soumettre à Agriculture et Agroalimentaire Canada un formulaire présentant un résumé du projet qui permettra de déterminer rapidement s’il est admissible. Si c’est le cas, une demande complète pourra être déposée.


Contacté par La Terre, le président et chef de la direction de l’Association des transformateurs laitiers du Canada, Mathieu Frigon, accueille favorablement cette annonce qui répond, précise-t-il, aux attentes de son organisation. « Le montant avait déjà été annoncé dans le budget. On avait réagi positivement. C’est un pas dans la bonne direction », dit-il.


En conférence de presse, le vice-président du Conseil canadien des transformateurs d’œufs et de volailles, Ben Brooks, s’est aussi dit satisfait.


Celles de l’ACEUM annoncées d’ici l’automne


En conférence de presse, la ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, a par ailleurs assuré que les premiers détails des compensations en lien avec l’Accord Canada–États-Unis–Mexique seraient connus d’ici l’automne prochain.


Par : Caroline Morneau (09/03/2022)

Source : laterre.ca (La Terre de chez nous)

Photo : tirée de l'article original