Budget le 22 mars : les demandes du CTAQ pour la transformation alimentaire


Le ministre des Finances du Québec, monsieur Eric Girard, a annoncé le dépôt du budget pour l'exercice 2022-2023 le 22 mars prochain. Il s'agira du dernier budget présenté par le gouvernement Legault avant les prochaines élections générales, prévues le 3 octobre prochain.


Le ministre a confirmé qu’un surplus de 2,2 G$ permettait une certaine marge de manœuvre au gouvernement. Par contre, et malgré une reprise économique assez forte et des revenus de taxation plus élevés qu’anticipé, la prévision du déficit annuel est maintenue à 6,8 G$.


L’objectif avoué du ministre Girard sera de s'attaquer à l’inflation. Le CTAQ souhaite rappeler que l’inflation joue en effet en défaveur de la consommation, mais aussi et surtout contre l’équilibre et la santé financière des entreprises du secteur manufacturier.


Le CTAQ a participé aux récentes consultations prébudgétaires du gouvernement du Québec. Il est fondamental que le Québec rattrape son retard en investissant dans le manufacturier alimentaire de façon à soutenir une productivité accrue et l’atteinte des objectifs de la Politique bioalimentaire du gouvernement québécois.


Le CTAQ a réitéré sa demande historique de développer la toute première Stratégie nationale de la transformation alimentaire, en investissant 100 M$ par année pendant 10 ans. Seuls des investissements récurrents sur une période de temps conséquente permettront aux entreprises de transformation alimentaire de planifier leurs propres investissements et de bénéficier d’une planification réfléchie afin d’assurer une augmentation des seuils d’autonomie alimentaire pour le Québec.


Parmi les priorités du CTAQ est placé au tout premier plan la main-d'œuvre qui demeure un enjeu hautement sensible malgré quelques avancées significatives avec, par exemple, la hausse du seuil d’accueil de travailleurs étrangers temporaires (TET) à 20 % dans le cadre d’un projet arrivant à échéance en décembre 2023.


Le gouvernement devra aussi alléger les règles du programme pilote pour accélérer l’accès à la résidence permanente aux TET en transformation alimentaire et hausser les seuils d’immigration économique.


Nous avons demandé au gouvernement de mettre en place des mesures pour inciter les travailleurs expérimentés de 60 ans et plus à demeurer ou retourner sur le marché du travail, par exemple en révisant les règles des fonds de pension pour les travailleurs d’expérience, et de créer des mesures fiscales convaincantes pour le maintien ou le retour au travail de ces travailleurs.


Finalement, pour aider à résoudre la rareté de la main-d’oeuvre, le CTAQ a demandé au gouvernement du Québec d’intensifier la pression sur le gouvernement fédéral afin d’améliorer le fonctionnement du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) et de mettre en place une coordination plus efficace entre les deux paliers de gouvernement afin de réduire les délais.


Le CTAQ espère que le ministre des Finances, dans son budget du 22 mars prochain, prendra en compte le poids économique de l’industrie de la transformation alimentaire pour le Québec, un secteur manufacturier qui représente plus de 32 G$ de livraisons manufacturières, 2,1 G$ en revenus fiscaux et qui produit plus de 25 millions de repas par jour.


Source : CTAQ via le bulletin d'information ([email protected]) (22/02/2022)

Photo : tirée du bulletin d'information original ([email protected])