Des dizaines de citoyens opposés à un projet de porcherie à Notre-Dame-du-Nord


Une modification au règlement de zonage dans la municipalité de Notre-Dame-du-Nord soulève une vague de mécontentement. Le conseil municipal souhaite changer le règlement pour pouvoir accueillir une maternité porcine sur son territoire.


Une pétition est toutefois en cours pour empêcher la résolution d’être adoptée.

À l’automne dernier, l’entreprise Olymel, via son projet de Fermes Boréales, a approché la municipalité de Notre-Dame-du-Nord pour connaître son intérêt à accueillir une maternité porcine.


Y voyant une opportunité de développement économique, le conseil municipal a entamé les démarches pour changer le règlement de zonage dans certains secteurs du territoire.


Un des premiers rôles d’un conseil municipal, c’est de regarder pour le développement économique de sa municipalité. On voit les maternités qui sont construites ailleurs au Témiscamingue et ça se passe bien, croit le maire de Notre-Dame-du-Nord, Nico Gervais.


Un projet qui dérange

Le projet est cependant mal accueilli par plusieurs citoyens. Jeudi midi, plus d’une centaine de personnes avaient manifesté leur opposition au projet en signant une pétition.


L’employée du Dépanneur Rachel à Notre-Dame-du-Nord, où la pétition se trouve, est à même de constater la colère de certains citoyens.


C’est sûr que la grosse majorité des personnes qui passent ici sont en désaccord. Plusieurs sont fâchés parce qu’on sent qu’on n’a pas été écoutés, déplore Nadia Morais.


D’autres citoyens estiment que le processus de changement de règlement est entamé en pleine période de pandémie, alors que les gens ne peuvent pas se présenter aux séances du conseil municipal pour exprimer leurs opinions.


Le maire de Notre-Dame-du-Nord, Nico Gervais, a réagi.


Tout a été fait dans les règles de l’art, rien en catimini. On a des procédures à suivre et on les suit à la lettre, assure-t-il.

En complément :

  • Une deuxième maternité porcine dans la municipalité de Fugèreville

  • La 4e maternité porcine du Témiscamingue est prête à accueillir plus de 2000 truies


Une consultation publique doit avoir lieu le 12 avril. Devant les règles sanitaires en vigueur, il se pourrait qu’il soit impossible de la tenir. Les citoyens sont toutefois invités à manifester leur point de vue.


Ce qu’on demande aux citoyens, c’est d’envoyer une lettre ou d’appeler au bureau municipal pour montrer leur mécontentement en lien avec le projet. Ce sont eux qui ont le droit de parole. Si la majorité des citoyens sont en désaccord avec le projet, ça finit là. On ne change pas le règlement, affirme Nico Gervais.


Les lois municipales permettent aussi la tenue d’un référendum où seuls les citoyens concernés par les zones touchées par la modification du règlement sont appelés à voter.

Le conseil municipal doit aussi se réunir le 5 avril pour discuter de l’enjeu auquel il est confronté.


Par Tanya Neveu (02/04/2021)


Source : ici.radio-canada.ca


Photo : RADIO-CANADA / TANYA NEVEU (tirée de l'article original)