Des exemples d’innovations d’emballages durables pour les aliments et les boissons: (1) 


Au cours de la dernière année de grandes multinationales de marques d’aliments et de boissons se sont illustrées dans leur transition vers des emballages plus durables.


Les exemples d’entreprises innovantes en matière d’emballage durable sont nombreux.  


On peut penser à Boxed Water qui, en 2020, a remplacé les bouchons en plastique de son eau conditionnée par un bouchon fabriqué à partir de déchets de pin. Cette mise à jour a rendu l’ensemble de l’emballage recyclable à 92 %.  


En avril dernier, la marque Alexia de Lamb Weston a annoncé un nouvel emballage pour ses frites de patates douces biologiques et ses soufflés Yukon Select à base de fécule de maïs et de pomme de terre – des sous-produits de la fabrication de frites. L’emballage, qui a pris deux ans à fabriquer, éliminera l’équivalent de 252 sacs poubelles des décharges et 14 barils de pétrole chaque année, selon la société. 


Voici deux autres exemples qui sauront sans doute vous inspirer. 


Kraft Heinz teste des bols de macaronis au fromage en papier recyclable 

Kraft Heinz teste un gobelet en carton recyclable pour son produit Kraft Macaroni & Cheese pour le micro-ondes. Ce serait le premier gobelet recyclable de la marque. Une nouvelle variété Macaroni & Cheese Shapes sera lancée en utilisant cet emballage plus tard cette année. 


Le gobelet ne portera pas d’étiquette en plastique afin que l’emballage soit à la fois recyclable et compostable dans les installations industrielles. Kraft Heinz a déclaré que la société travaillait sur un étiquetage approprié pour garantir que les consommateurs sachent recycler l’emballage. 


Ce nouvel emballage aide Kraft Heinz à atteindre ses objectifs de développement durable, notamment la fabrication d’emballages 100 % recyclables, réutilisables ou compostables d’ici 2025.  


Kraft Heinz se lance dans la course pour rendre les emballages pratiques plus durables en lançant l’un des premiers emballages en papier entièrement recyclables et compostables de Big Food. 


Pas donné la durabilité ! 


Ce n’est pas un exploit facile. Les entreprises alimentaires ont eu du mal à trouver des alternatives peu coûteuses au plastique qui peuvent gérer les changements de température, l’humidité et garder les produits frais à l’intérieur. Le communiqué de presse ne montre pas clairement dans quelle mesure ces nouvelles tasses Mac & Cheese peuvent résister à ces défis. Le communiqué n’indique pas non plus si les nouveaux gobelets sont plus chers, bien que les entreprises d’emballage durables aient déclaré qu’un emballage vraiment respectueux de l’environnement a tendance à coûter environ 25% de plus. 


Ce qui est clair, c’est que Kraft Heinz démontre véritablement son engagement envers les emballages durables avec ce test. Alors que la société a peut-être discrètement rendu certains aspects de l’emballage de ses autres produits plus durables, le premier grand changement d’emballage concerne l’un de ses produits phares. 


Les emballages durables sont quelque chose que les consommateurs veulent voir, surtout pendant la pandémie. En septembre, Schorr Packaging a publié un rapport selon lequel sept consommateurs sur 10 trouvaient les emballages alimentaires importants et 58% seraient susceptibles d’acheter un produit indiquant clairement que l’emballage était réutilisable ou recyclable. Selon le rapport sur la responsabilité d’entreprise mondiale 2015 de Nielsen, les deux tiers des consommateurs seraient prêts à payer plus pour des marques durables. 


D’autres sociétés de CPG prennent des mesures similaires. L’année dernière, Nestlé a déclaré qu’elle dépenserait jusqu’à 2,1 milliards de dollars pour passer des plastiques vierges aux plastiques recyclés de qualité alimentaire, engageant 1,6 milliard de dollars pour payer une prime pour les matériaux recyclés et investissant 260 millions de dollars dans des startups d’emballage. 


Les entreprises de boissons, qui dépendent souvent de l’embouteillage en plastique et en verre, ont également annoncé leur intention d’essayer les bouteilles en papier. En 2019, le brasseur danois Carlsberg a annoncé un prototype de bouteille de bière recyclable à base de fibres de bois, bien qu’il ne soit pas encore utilisé. 


En juillet, la société britannique d’emballages durables Frugalpac a annoncé la Frugal Bottle, une bouteille de vin composée à 94 % de carton recyclé (voir plus bas). Et quelques semaines plus tard, une société de technologie d’emballage durable lancée par Diageo et la société de gestion d’entreprise Pilot Lite a déclaré avoir créé une bouteille de spiritueux 100 % sans plastique et à base de papier, entièrement fabriquée à partir de bois durable. La bouteille devrait faire ses débuts avec le scotch whisky Johnnie Walker cette année. 


Des changements encore peu visibles 


Ces innovations et d’autres en matière d’emballage devraient se retrouver dans les rayons des épiceries et des magasins d’alcools au cours de 2021. Étant donné que les emballages durables continuent d’être importants pour les consommateurs et que tant de grandes entreprises se sont engagées à améliorer leurs emballages, il est probable qu’encore plus commenceront à tester certaines de leurs innovations. 


Bien que bon nombre de ces changements soient invisibles pour les consommateurs – comme de petits changements dans la taille des emballages, l’allègement des composants des couvercles de bocaux et l’intégration de plus de matériaux recyclés dans les emballages – les grandes révisions des emballages attireront le plus d’attention. Même s’il est difficile de dire dans quelle mesure les entreprises respectent leurs engagements en matière d’emballages durables, remplacer le plastique par du papier recyclable est une façon de se démarquer auprès des consommateurs. 


Corona lance un emballage circulaire en paille d’orge 

Corona a dévoilé un emballage durable qui réutilise la paille d’orge en matériau d’emballage pour ses six packs. Il a lancé le nouvel emballage dans 10 000 packs de six en Colombie en mars. L’Argentine suivra plus tard en 2021. AB InBev, qui détient les droits de Corona dans tous les pays sauf les États-Unis, vise à terme à étendre l’emballage à l’échelle mondiale. 


La technologie derrière l’emballage a été développée sur trois ans au Global Innovation and Technology Center (GITEC) d’AB InBev. Le processus de transformation de la paille d’orge en fibre de papier utilise 90 % moins d’eau, moins d’énergie et moins de produits chimiques agressifs que le processus traditionnel pour le bois vierge, selon l’entreprise. 


Corona dit que l’emballage de paille d’orge est aussi solide et durable qu’un paquet ordinaire. Avec cette technologie, la marque espère éliminer le besoin de récolter du bois vierge pour produire du carton pour ses matériaux d’emballage. 


L’emballage durable a été au premier plan des préoccupations des consommateurs ces dernières années. Les préoccupations sociétales concernant les déchets, le changement climatique et la réduction de son empreinte carbone ont conduit un certain nombre de marques de divers segments à remplacer leurs matériaux d’emballage existants par des options plus durables. 


Être le premier et donner l’exemple 


Corona a fait monter les enchères avec son nouvel emballage en s’approvisionnant en résidus de récolte de l’orge cultivée pour brasser sa bière afin de fabriquer le nouvel emballage. L’upcycling et la fabrication circulaire sont des concepts émergents dans le but de gérer plus soigneusement les ressources naturelles, et jusqu’à présent, les consommateurs les soutiennent. L’inquiétude des consommateurs concernant l’environnement et l’impact de la production alimentaire sur celle-ci a même augmenté pendant la pandémie, selon les recherches de la société mondiale de gestion et de conseil Kearney. 


La division américaine d’AB InBev, Anheuser-Busch, a fait un certain nombre de progrès en termes d’amélioration de ses efforts de développement durable. Plus récemment, il a annoncé qu’il dépenserait environ 100 millions de dollars pour des panneaux solaires et des améliorations du traitement de l’eau au cours des deux prochaines années. 


Certains des autres efforts d’Anheuser-Busch axés sur l’emballage comprennent la fabrication de nouvelles canettes en aluminium durables en partenariat avec le mineur Rio Tinto. Elle s’est également engagée à brasser toutes ses bières labellisées Budweiser en utilisant 100 % d’énergie renouvelable d’ici 2025. Avec 41 millions de bières Budweiser vendues quotidiennement, passer aux énergies renouvelables équivaudrait à retirer 48 000 voitures de la route chaque année. 


Anheuser-Busch travaille également en étroite collaboration avec les agriculteurs qui cultivent l’orge, le riz et le houblon qu’il utilise pour brasser ses bières afin d’améliorer la durabilité au niveau de la ferme. Cela comprend la fourniture aux agriculteurs de protocoles stricts concernant la production agricole. Il explore également la production agricole biologique, investit dans la recherche pour développer une orge qui peut mieux tolérer le stress lié à la sécheresse et s’associe à la société de technologie alimentaire Benson Hill pour développer des variétés plus durables. 


Tests et partenariats


Un certain nombre d’autres brasseurs optent pour de nouveaux matériaux d’emballage qui répondent aux nouvelles exigences des consommateurs en matière de durabilité. La société brassicole danoise Carlsberg expérimente la colle dans son processus de production de canettes pour éliminer environ 1 200 tonnes de plastique chaque année si elle est pleinement adoptée. Il développe également ce qu’il décrit comme la première bouteille de bière en papier au monde appelée Green Fiber Bottle, sur laquelle il travaille depuis 2015 en partenariat avec un certain nombre d’acteurs de l’industrie de l’emballage et l’Université technique danoise. 


Pendant ce temps, Kinsbrae Packaging aide les brasseurs canadiens à remplacer leurs matériaux d’emballage par des options plus durables pour remplacer les matières plastiques à usage unique. Et une entreprise appelée PakTech transforme les supports de bière en plastique mis au rebut en versions de matériaux 100 % post-recyclés. 


Source : L’actualité ALIMENTAIRE  (08/11/2021)


Photo : tirée de l'article original