Grippe aviaire: il faut du soutien psychologique pour les éleveurs, selon le MAPAQ


De passage en région mardi, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, s’est dit inquiété par la propagation de la grippe aviaire en Estrie. Il a cependant insisté sur le fait que ce dossier découle du gouvernement fédéral et n’a pas voulu s’avancer sur une potentielle aide financière de Québec aux éleveurs touchés.


« C’est très préoccupant, car ça peut se répandre et toucher plusieurs oiseaux. Depuis plusieurs années, on a au Québec un comité pour adresser la question des maladies aviaires. Ce comité-là est mobilisé, comme tous les partenaires », indique-t-il lors d’une mêlée de presse en marge d’une annonce concernant Moisson Estrie.


Il note par ailleurs travailler sur le dossier depuis jeudi matin dernier. M. Lamontagne souligne aussi la « grande, grande collaboration » avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments.


« Toute la question de la lutte et la gestion sont coordonnées et organisées par cette agence et le gouvernement du Québec est en soutien », précise le ministre.


André Lamontagne ajoute que plusieurs programmes existent pour soutenir les éleveurs en province, mais n’a pas dit si son gouvernement accorderait une aide financière. Il a plutôt martelé l’importance du volet psychologique de la chose.


« Ça peut prendre des proportions très importantes et ça peut affecter les gens. Il faut donc s’assurer d’avoir un bon soutien et une bonne communication entre les parties. »


Rappelons qu’il y a présentement quatre élevages en Estrie où la grippe aviaire a été répertoriée.


Catastrophe du CVA


Le ministre Lamontagne a aussi été invité à commenter la situation du Centre de valorisation de l'aliment (CVA) qui a été le lieu d’une explosion le 22 mars dernier.


Au sujet d’une aide financière potentielle versée aux entreprises victimes, il explique qu’« au moment où on se parle, il n’y a pas eu de demandes ou de besoins qui ont été adressés au Ministère. »


Il précise que des discussions entre le bureau régional de son ministère et différents intervenants du CVA ont eu lieu et qu’il continuerait de suivre le dossier de près en raison des répercussions de cette catastrophe sur la région.


Par : Anthony Ouellet (20/04/2022)

Source : latribune.ca

Photo : tirée de l'article original