L'olfaction numérique pour déterminer la fraîcheur des aliments


De l’aide à la création de produits jusqu’à la détection des produits périmés, la technologie qui imite l’odeur des humains a le potentiel d’une large applicabilité.


Un jour, les consommateurs pourront s’appuyer sur une technologie qui imite l’odorat des humains pour déterminer la fraîcheur des aliments.


La technologie de détection des odeurs pourrait être intégrée dans les cuisines intelligentes, utilisée dans les appareils portables que les acheteurs apportent à l’épicerie, ou placée à l’intérieur des emballages.


Cette technologie promet d’offrir une plus grande transparence en matière de fraîcheur, en particulier pour les fruits et légumes délicats comme les avocats dont il est notoirement difficile d’évaluer la maturité, offrant ainsi aux acheteurs et aux détaillants de nouvelles façons d’aborder les produits frais.


Un appareil qui a le nez fin


Dans le but d’atteindre les consommateurs et d’avoir un déploiement plus large, Aryballe, une société d’olfaction numérique établie en France et qui a des opérations commerciales aux États-Unis, met en évidence la portabilité de son nouveau NeOse Advance. « Il a à peu près la taille de deux téléphones intelligents empilés et pèse moins d’une livre », a déclaré Sam Guilaumé, cofondateur et PDG de l’entreprise.


Sorti en juin, le NeOse Advance associe un logiciel compatible avec le nuage informatique à un appareil utilisant un petit capteur qui peut détecter et reconnaître objectivement les odeurs et fournir un indice de fraîcheur. « L’appareil peut procéder à l’échantillonnage du produit en utilisant d’abord ײl’air fraisײ comme donnée de basse », explique M. Guilaumé.


Des systèmes à même les emballages


Parce que le goût et l’odeur peuvent indiquer une détérioration avant les repères visuels, Aromyx, une entreprise de biotechnologie de la Silicon Valley, envisage d’utiliser l’olfaction numérique dans les emballages alimentaires.


« La société fournit des kits d’analyse personnalisés et des solutions logicielles d’analyse de données, en collaboration avec plusieurs grandes entreprises agroalimentaires que nous ne pouvons nommer », a déclaré Morgan Moncada, qui travaille au développement de produits pour l’entreprise.


« Nous avons parlé d’intégrer nos biocapteurs dans des bandelettes de test qui changent de couleur lorsqu’il y a un changement d’odeur. À l’avenir, peut-être dans cinq ans au plus tard, il y aura de petits indicateurs de couleur dans les emballages des épiceries qui vireront au bleu lorsque ces récepteurs sont activés et qui sont corrélés à la détérioration. En donnant des mesures plus précises autour de l’expiration, l’olfaction numérique peut aider à améliorer et à optimiser la durée de conservation », ajoute-t-elle.


Madame Moncada voit également des possibilités pour la technologie d’aider les entreprises à développer des moyens non toxiques de conserver les aliments sans altérer leur qualité sensorielle. « Les épiciers cherchent à réduire le gaspillage alimentaire en se tournant vers une technologie qui détermine la fraîcheur. Par exemple, Apeel, qui utilise une ײpeauײ comestible protectrice afin de prolonger la durée de conservation, peut ײvoirײ l’intérieur des produits pour collecter des données sur la fraîcheur, la maturité et d’autres aspects de la qualité dans les centres de distribution et les usines de conditionnement. »


Pour les fabricants, l’olfaction numérique peut garantir la cohérence avec le goût des produits, reconnaître le moment où les aliments commencent à absorber les odeurs des emballages et même ajouter des parfums aux emballages. Tout au long de la chaîne d’approvisionnement, Aryballe voit plusieurs cas d’utilisation potentiels pour le contrôle de la qualité et la sécurité alimentaire. Par exemple, la technologie peut déterminer le degré de maturité d’un avocat ou si le grain a moisi en détectant l’humidité.


Alors que le NeOse Advance peut dire si quelque chose est en train de pourrir parmi un groupe de tomates, il ne peut pas distinguer quelle tomate est mauvaise sans tester chaque élément individuellement, ce qui le rend plus idéal pour tester quelques éléments à la fois.


Côté consommateur, l’entreprise française envisage l’intégration de sa technologie dans les cuisines intelligentes, où elle peut suggérer des recettes et, avec des capteurs dans les fours, alerter les gens de la combustion des aliments. M. Guilaumé a refusé d’énumérer les coûts spécifiques, mais a déclaré que le NeOse Advance est une « fraction » du coût des panels humains pour les tests de goût, ce qui peut également prendre du temps et être subjectif.


Mme Moncada affirme que l’olfaction numérique peut identifier les espaces blancs et les possibilités pour de nouveaux produits en fonction des profils de goût et d’odeur. Elle permet également la création de produits entièrement nouveaux.


Article original paru sous le titre : Comment l’olfaction numérique pourrait faire son chemin auprès de l’industrie alimentaire et des consommateurs


Source : actualitealimentaire.com (12/01/2022)

Photo : tirée de l'article original