La demande américaine de porcs canadiens demeure forte


Au 1er janvier 2022, les producteurs de porcs ont déclaré 14,1 millions de porcs dans leurs exploitations agricoles, en hausse de 0,6 % par rapport à la même date en 2021. Le Québec, l'Ontario et le Manitoba ont continué à afficher les stocks les plus élevés parmi les provinces.


Ces trois provinces comptent plus de 80 % des porcs canadiens, et le Québec est à l'origine de près du tiers des stocks de porcs canadiens, soit 4,4 millions de têtes. Parallèlement, en Colombie-Britannique, les stocks de porcs ont chuté pour s'établir à 72 000 têtes, soit une baisse de 16,3 % d'une année à l'autre, plusieurs milliers de porcs étant décédés lors des grandes inondations de la fin de 2021.


Au 1er janvier 2022, des stocks de porcs ont été déclarés par 7 575 exploitations agricoles, en baisse de 0,3 % par rapport à la même date l'année précédente. Ces exploitations agricoles ont déclaré 1,2 million de truies et de cochettes (+0,3 %), et le nombre de verrats a augmenté de 1,2 % d'une année à l'autre pour atteindre 17 100 têtes.


La production de porcs, qui représente le nombre de porcelets vivants après le sevrage, a atteint 14,9 millions (-0,1 %) de juillet à décembre 2021. Il s'agit d'une légère baisse par rapport à la même période un an plus tôt.


De juillet à décembre 2021, les problèmes de main-d'œuvre et la baisse de la demande d'exportation de viande de porc ont contribué le plus à la diminution d'une année à l'autre de l'abattage total, qui s'est établi à 10,9 millions de têtes (-5,4 %). Cette diminution a été plus marquée en Ontario, où l'abattage a diminué de 10,1 % pour se situer à 2,7 millions de têtes.


Le Canada a exporté 3,4 millions de porcs vivants au cours du deuxième semestre de 2021, en hausse de 23,2 % par rapport à la même période en 2020, les perturbations de la transformation dans l'est du Canada ayant continué à favoriser les exportations de porcs vivants vers les États-Unis. L'Ontario a affiché la plus importante augmentation des exportations d'une année à l'autre (+75,9 % pour s'établir à 987 600 têtes), les producteurs cherchant à compenser les diminutions de l'abattage au pays.


Bien que les prix à la production aient eu tendance à baisser vers la fin de 2021 et que la demande d'exportation de porcs vivants des États-Unis ait commencé à faiblir, les prix moyens à la production au Canada sont généralement restés supérieurs à ceux reçus au cours du deuxième semestre de 2020.


Extrait de la publication : Estimations du bétail, 1er janvier 2022 (28/02/2022)

Source : Statistique Canada | Le Quotidien

Image : rawpixel.com | canva.com