La demande américaine pour les porcs canadiens demeure forte


Les producteurs porcins ont déclaré 14,2 millions de porcs dans leurs exploitations au 1er juillet, en hausse de 1,0 % par rapport à la même date en 2020. Au 1er juillet, le Québec, l'Ontario et le Manitoba ont affiché les stocks les plus élevés parmi l'ensemble des provinces. Ces trois provinces comptent plus de 80 % des porcs canadiens, et le Québec est à l'origine de près du tiers des stocks de porcs canadiens (4,4 millions de têtes). Le Québec affiche les stocks de porcs les plus élevés au Canada depuis 1991.


Au 1er juillet 2021, 7 810 exploitations agricoles canadiennes ont déclaré des stocks de porcs, en hausse de 1,0 % par rapport à la même date un an plus tôt. Ces exploitations ont déclaré 1,2 million de truies et de cochettes (+1,4 %), et le nombre de verrats a augmenté de 0,6 % d'une année à l'autre pour atteindre 16 900 têtes.


La production de porcs a atteint 15,3 millions de janvier à juin 2021, ce qui représente le niveau le plus élevé pour cette période depuis 2008 pour le nombre de porcelets vivants après le sevrage.


Les problèmes de main-d'œuvre et la baisse de la demande d'exportation de porcs ont contribué le plus à la baisse d'une année à l'autre de 1,2 % de l'abattage total de janvier à juin 2021, qui s'est établi à 11,1 millions de têtes. Cette diminution a été plus marquée en Ontario, où l'abattage a diminué de 10,5 % pour s'établir à 2,7 millions de têtes. Malgré la baisse d'une année à l'autre à l'échelle nationale, l'abattage au premier semestre de 2021 est demeuré supérieur de 2,6 % aux niveaux d'avant la pandémie observés pendant la même période en 2019.


Le Canada a exporté 3,3 millions de porcs vivants au cours du premier semestre de 2021, en hausse de 28,4 % par rapport à la même période en 2020. L'Ontario a affiché la plus importante augmentation des exportations (+93,3 % pour atteindre 955 400 têtes), les perturbations de la transformation ayant redirigé les porcs destinés à l'abattage vers le sud (États-Unis), plutôt que l'est (Québec).


La forte demande d'exportation de porcs vivants des États-Unis et du secteur intérieur de la transformation du porc a contribué à soutenir les prix à la production au Canada au premier semestre de 2021.


Extrait de l'article : Estimations du bétail, 1er juillet 2021


Source : Statistique Canada (23/08/2021)


Image : vecteezy.com