La demande des viandes d’origine végétale est en baisse


Les Aliments Maple Leaf et Beyond Meat, tous deux spécialisés dans la viande d’origine végétale, voient une baisse de leurs chiffres d’affaires et prennent des mesures conséquentes.


Maple Leaf, qui possède les marques d’aliments végétaliens Field Roast et Lightlife, rapporte que ses ventes de protéines végétales ont chuté de plus de 18 % d’une année sur l’autre en raison de la baisse des volumes de vente au détail. À la fin de l’année 2020, la société avait pourtant signalé que ces ventes étaient plus élevées que les protéines animales de la marque. Elle a déclaré au début du mois d’août qu’elle réduirait de 25 % sa division d’aliments d’origine végétale, Greenleaf Foods, après plusieurs trimestres consécutifs de ventes en baisse.


Un nombre de ventes en dessous des espérances se retrouve aussi chez Beyond Meat, fabricant de viande d’origine végétale, basé aux États-Unis. Il a annoncé début août, une baisse nette de 1,6 %, ce qui représente une perte nette de 97,1 M$ sur un an. La société a ainsi licencié 40 employés, c’est-à-dire 4 % de ses effectifs, pour réduire ses coûts.


Des prix trop élevés


Pour justifier cette baisse de la demande, Maple Leaf évoque des « enquêtes [de consommation] récentes qui suggèrent que les substituts de viande et de produits laitiers à base de plantes ne répondent pas aux attentes du consommateur moyen en matière de goût et de santé ». C’est pourtant, la différence de prix avec les produits animaliers qui semblerait être la raison principale. Ethan Brown, le fondateur, président et chef de la direction de Beyond Meat, note dans un communiqué que son « bœuf haché se vend 8,35 $ la livre, tandis que le bœuf haché standard coûte en moyenne 4,90 $ la livre ».


La différence de prix aurait un impact d’autant plus grand que l’inflation annuelle au Canada a atteint des niveaux record. « C’est très difficile lorsque les consommateurs ont des niveaux d’inflation très élevés et que leur pouvoir d’achat dans l’épicerie diminue, souligne Ethan Brown. Il peut donc y avoir plusieurs facteurs : nous sommes passés d’une pandémie à une inflation record, la plus élevée en 40 ans. Et pour un secteur qui se redresse encore, c’est un ensemble de conditions très difficiles. » Maple Leaf évoque en plus des perturbations de la chaîne d’approvisionnement.


Source : detaillantalimentaire.com (19/08/2022)

Photo : Beyond Meat (tirée de l'article original)