top of page

La grippe aviaire menace l’industrie avicole du Nouveau-Brunswick


Le village de Saint-François-de-Madawaska, au Nouveau-Brunswick, est connu comme étant un important centre d’élevage et de vente de volailles au Canada atlantique. Le Groupe Westco y abrite des millions de poulets. Son PDG, Thomas Soucy, est alarmé par la recrudescence de cas de grippe aviaire au pays.


De sévères mesures de biosécurité renforcées sont en cours depuis février dans les installations du Groupe Westco.


Par exemple, les travailleurs doivent changer leurs vêtements et leurs bottes lorsqu’ils passent d’un établissement à un autre. Les personnes qui vont et viennent dans les fermes commerciales sont aussi extrêmement limitées.


Thomas Soucy espérait que les mesures de biosécurité allaient pouvoir s’alléger un peu au printemps. Ce n’est pas le cas, dit-il. On est constamment rappelés que la maladie est présente […] c’est très très inquiétant.


L’un des rappels les plus frappants au Nouveau-Brunswick, ce sont ces centaines et centaines de carcasses de fous de Bassan trouvées sur les plages de la province dans les dernières semaines.


Recrudescence de cas de grippe aviaire


La grippe aviaire se propage rapidement chez les animaux sauvages en Amérique du Nord.


En plus des oiseaux sauvages, les populations domestiquées sont aussi menacées. La maladie est très contagieuse entre différentes espèces d’oiseaux, y compris la volaille, dans les fermes d’élevage.


Si le contact entre les oiseaux sauvages et les oiseaux domestiques est possible, alors il pourrait y avoir des infections. Le virus a déjà tué un grand nombre d’oiseaux partout au Canada, et il y a eu des éclosions dans des fermes d’élevage, relate la pathologiste du Réseau canadien pour la santé de la faune Megan Jones.


La souche H5N1 de grippe aviaire a en effet été détectée dans des élevages de volailles dans l’ouest du Canada.


La directrice des communications des Producteurs de poulets du Canada, Lisa Chop-Spencer, indique que c’est la première fois que des cas de grippe aviaire sont signalés dans plusieurs provinces canadiennes en même temps.


De plus, bon nombre de ces infections sont liées à des oiseaux sauvages, alors que normalement la propagation était plus fréquente par le biais d’oiseaux domestiques, d’une ferme à l’autre.


Au total, près de deux millions d’oiseaux de fermes commerciales ont jusqu'à maintenant été euthanasiés, indique l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pour arrêter la propagation.


En cas d’éclosion


La grippe aviaire se propage souvent par les sécrétions et les excréments des oiseaux sauvages en migration.


Malgré les précautions prises par le Groupe Westco, la tension règne. Et pour cause : le virus peut décimer un élevage commercial complet en quelques jours.


On n’est quand même pas à l’abri, lance Thomas Soucy. C’est quand même très alarmant, ça peut rentrer par l’air. Il peut y avoir des excréments qui ont séché à l’extérieur et puis qui sont rendus en poussière et puis qui rentrent avec le vent, ils vont rentrer avec le système de ventilation.


Lorsqu’un cas de grippe aviaire est détecté dans une ferme commerciale, un protocole est mis en place très rapidement par l’ACIA pour arrêter la propagation. Les oiseaux dans la zone touchée sont euthanasiés et ceux dans les zones environnantes sont mis en quarantaine.


Selon Thomas Soucy, le Groupe Westco aurait besoin d’un an et demi pour rebondir si le virus touchait les installations à Saint-François-de-Madawaska.


Au Nouveau-Brunswick, seuls des petits élevages non commerciaux de poulets ont été touchés par la grippe aviaire pour le moment.


Des éclosions dans des élevages commerciaux auraient des répercussions sur la chaîne d’approvisionnement.


Par ailleurs, les autorités ne s’inquiètent pas outre mesure de la transmission du virus chez les humains.


Avec les informations de l’émission de radio La matinale et le reportage d’Alexandre Silberman, de CBC


Source : ici.radio-canada.ca | ICI Nouveau-Brunswick (13/06/2022)

Photo : Radio-Canada | Alexandre Silberman

bottom of page