Lancement du projet « L’Internet des objets et l’intelligence artificielle : un monde de possibilité


Le Service de la formation continue du Cégep de Saint‑Hyacinthe annonce le démarrage prochain des activités relatives au projet L’Internet des objets et l’intelligence artificielle (IA) : un monde de possibilités pour l’industrie agroalimentaire. Cette initiative, qui vise à valoriser le potentiel de l’Internet des objets et de l’IA pour l’industrie agroalimentaire, est développée en partenariat avec Cintech agroalimentaire, le Comité sectoriel de main-d’œuvre en transformation alimentaire, Saint-Hyacinthe Technopole, les entreprises Institut SCiiĜO Inc., Claridion et la grappe industrielle AIoT Canada grâce à l’appui du programme NovaScience du ministère de l’Économie et de l’Innovation.


Contexte


L’Internet des objets (ldO) et l’IA font désormais partie des stratégies de croissance considérées par les entreprises pour améliorer leurs processus, l’efficacité des employés et leur compétitivité. Les progrès des dernières années sont tels que la question n’est plus de savoir si l’IdO et l’IA conviennent aux besoins de l’industrie, mais plutôt de déterminer comment les entreprises, grandes et petites, l’emploieront.


La transformation agroalimentaire est au premier rang des secteurs manufacturiers québécois avec un chiffre d’affaires de 30 milliards de dollars. 24 % de la fabrication est concentrée en Montérégie (Diagnostic sectoriel de l’industrie de la transformation alimentaire du Québec, 2021). La région de Saint-Hyacinthe est d’ailleurs reconnue comme capitale québécoise de l’agroalimentaire. L’ampleur de sa production a favorisé l’émergence d’une imposante industrie de la transformation soutenue par un centre de recherche et de transfert technologique, une technopole et des établissements d’enseignement supérieur.


Initiative unique au Québec


L’Internet des objets et l’IA : un monde de possibilités pour l’industrie agroalimentaire a pour objectif d’abolir les tabous face à l’ldO/l’IA et de démystifier son potentiel en matière de stratégie commerciale. Le projet stimulera la réflexion et encouragera le perfectionnement des compétences des travailleurs et des formateurs en entreprise en matière d’ldO/d’IA. Plus à l’aise avec le potentiel de ces technologies, ces derniers auront davantage le réflexe d’y recourir afin de résoudre des problématiques ou de répondre à certains enjeux, comme la valorisation des résidus. L’expertise développée sera durable et favorisera l’émergence d’autres projets.


Les activités prévues aideront les entreprises à :


  • apprécier les avantages qu’elles peuvent tirer de la transition numérique et de l’ldO/l’IA;

  • accélérer le recours à l’ldO/l’IA;

  • actualiser les connaissances et les compétences des formateurs en entreprise en matière d’ldO/d’IA;

  • amorcer l’intégration de l’ldO/l’IA grâce à des projets durables;

  • maintenir ou accroître leur compétitivité;

  • améliorer l’efficience des processus dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre.

« Les nouvelles technologies transformeront en profondeur les procédés industriels au cours des prochaines années, et les entreprises doivent être en mesure de se les approprier. L’accès à des programmes de formation, comme celui offert par le Cégep de Saint-Hyacinthe, devient donc un incontournable. La collaboration entre le milieu des affaires et celui de l’enseignement supérieur sera de plus en plus importante pour bâtir une économie attrayante et compétitive. »


Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable du Développement économique régional


« L’industrie agroalimentaire est le fer de lance de la région de Saint-Hyacinthe. Plus les entreprises intégreront l’intelligence artificielle et l’Internet des objets à leurs processus, plus elles bénéficieront d’un avantage concurrentiel tout en optimisant la performance de l’industrie. La formation qui sera donnée par le Cégep de Saint‑Hyacinthe répond exactement à cet objectif. » Chantal Soucy, députée de Saint‑Hyacinthe


Appui financier du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI)


Le programme NovaScience du MEI contribue au développement de la relève en science et en technologie au Québec. Le soutien aux projets vise à rendre la relève plus motivée, innovante et mieux outillée pour répondre aux défis et aux enjeux actuels de l’économie du savoir. C’est dans ce contexte que le Service de la formation continue a répondu à l’appel de projets du programme NovaScience – volet 2 (Soutien aux initiatives de formation en intelligence artificielle). Une aide financière de 285 825 $ a été accordée par le MEI (www.economie.gouv.qc.ca) pour la réalisation des activités du 7 mars 2022 au 4 février 2024.


Le Service de la formation continue en bref


Reconnu pour sa capacité à décoder les tendances, le Service de la formation continue du Cégep de Saint-Hyacinthe s’adapte aux besoins des travailleurs et des entreprises en élaborant des formations pertinentes. Il met également en œuvre des initiatives qui visent à préparer, dès le secondaire, la relève en fonction des besoins émergents du marché du travail et en particulier, des entreprises et des organisations de notre région.


Le Service de la formation continue du Cégep de Saint-Hyacinthe propose des programmes de formation et de perfectionnement à temps plein et à temps partiel ainsi que des cours à la carte, des événements et des conférences. Sa mission est de contribuer au développement des connaissances et des compétences tout au long de la vie.


Le Service de la formation continue regroupe la Formation continue; le Bureau de la reconnaissance des acquis; SYNOR, Centre de formation et de services-conseils aux entreprises; le Service d’alternance travail-études et de placement; l’Académie d’excellence entrepreneuriale et le Centre de diagnostic des compétences.


Source : sthyacinthetechnopole.com (21/03/2022)

Photo : tirée de l'article original