Le spectre de la destruction de la demande de porc


La destruction de la demande est une baisse permanente de la demande d'un produit en réponse à des prix élevés persistants ou à une offre limitée . Cela peut-il arriver avec la viande de porc ?


L'un des problèmes les plus complexes auxquels sont confrontées les économies modernes du monde entier est de savoir comment reprendre le contrôle des forces inflationnistes sans déclencher de récession. Leurs décisions auront un impact majeur sur tous les secteurs agricoles du monde, y compris la production porcine. Tout le monde sait que lorsque le prix du porc augmente, les gens mangent moins, ce qui réduit la demande au niveau local et international. Je parle d'une moindre "quantité demandée" parce que les prix ont augmenté. C'est facile à comprendre. Toutefois, ce n'est qu'un début. Comme l'inflation fait grimper le prix de tout, y compris celui du porc, les bénéfices réels chutent et, si cela continue, la demande (le désir à long terme d'un produit à différents prix) diminue. Ce sont deux choses différentes.


Si vous ne voyez pas la différence, notez que lorsque le porc augmente, les gens achètent moins car ils transfèrent leurs achats sur une protéine moins chère, comme le poulet. D'autre part, lorsque les profits réels diminuent, les gens achèteront moins de porc, quel que soit le prix, même s'il revient au prix précédent. C'est ce qu'on appelle la destruction de la demande et c'est une perspective très réelle, qui s'ajoute au caractère destructeur d'une inflation prolongée.


Selon les mêmes principes, la production porcine globale a ralenti (la "quantité offerte" au marché) en raison des coûts élevés de l'énergie et de l'aliment (ainsi que de toutes les autres choses qu'un producteur de porcs doit acheter). Lorsque les bénéfices de l'élevage (bénéfices réels) diminuent, il y a le double impact que j'ai mentionné précédemment et l'offre se contracte (certains ferment, d'autres réduisent le nombre de truies, etc.) de sorte que les producteurs ne fournissent plus la même quantité de porc qu'aux prix précédents. Au niveau régional, dans l'UE, en raison de problèmes tels que la peste porcine africaine et de pressions politiques gouvernementales continues, qui rendent difficile l'expansion des principaux producteurs traditionnels (tels que l'Allemagne, le Danemark, la France et les Pays-Bas), l'Espagne est devenue le seul pays à connaître une réelle croissance. Il y a eu une destruction de l'offre qui ne reviendra jamais dans ces régions, du moins pas aux niveaux antérieurs.


Aux États-Unis, il y a toujours le problème de trouver suffisamment de travailleurs pour combler les postes vacants qui se sont créés au cours des deux années de la pandémie. Les salaires doivent être augmentés pour attirer davantage de main-d'œuvre. Aujourd'hui, les trois principaux coûts de production (aliment, énergie et main-d'œuvre) augmentent et il n'y a aucune perspective de réduction à l'horizon. Bon nombre de grands producteurs de porcs signalent qu'en raison de la pénurie de main-d'œuvre, ils ne peuvent couvrir que l'essentiel, ce qui laisse peu de temps pour l'entretien, la formation, les vacances ou les améliorations systémiques de la production. Tout ceci ne sera jamais exactement comme vous vous en souvenez avant la pandémie, peut-être de votre vivant.


Nous savons que l'inflation est apparue lorsque les gouvernements ont fait perdurer les revenus pendant le confinement de COVID-19, alors que la production de nourriture et d'autres produits de base était considérablement réduite. Les stratégies gouvernementales de lutte contre le COVID-19 ont souvent eu des effets néfastes sur l'efficacité de la chaîne d'approvisionnement, comme la fermeture des ports, la vaccination obligatoire et les quarantaines. Les gens ont réagi par ce que l'on a appelé "le grand renoncement", c'est-à-dire qu'ils ont tout simplement quitté leur emploi et trouvé un emploi mieux rémunéré, ou sont restés chez eux pendant de nombreux mois et ont accepté les aides du gouvernement. Bon nombre de ces programmes d'aides gouvernementales étaient des transferts directs de richesse qui dépassaient le revenu que le travailleur pouvait espérer s'il reprenait son emploi régulier. La définition classique de l'inflation est la suivante : trop d'argent pour trop peu de biens. Les ports ont été fermés, les chauffeurs routiers ont été contraints de quitter leur cabine ou empêchés d'effectuer certaines livraisons sans preuve de vaccination, le personnel des usines a été malade et mis en quarantaine, et de nombreuses personnes ont tout simplement quitté leur emploi, mais les revenus nominaux se sont maintenus, voire ont augmenté. Cela est sur le point de changer.


À cela s'ajoute la guerre en Ukraine, qui perturbe encore davantage les chaînes d'approvisionnement, essentiellement pour l'énergie et les denrées alimentaires, ce qui a pour effet d'augmenter le coût de la production alimentaire et de réduire la disponibilité des céréales et du gaz naturel. Si je vis en Allemagne et que cet hiver je dois payer le double ou le triple pour chauffer ma maison, en plus de toutes les autres augmentations de coûts, mon bénéfice réel aura diminué et j'achèterai moins de tout.


Les solutions tentées aujourd'hui augmentent de plus en plus le risque de destruction de la demande ; les consommateurs croient que leurs revenus vont être réduits de façon permanente, ce qui entraîne une réduction permanente de la demande. Ajoutez à cela l'idée dangereuse selon laquelle les prix élevés de l'énergie sont un moyen efficace d'abandonner les combustibles fossiles (donc une bonne chose) et vous avez le spectre de la stagflation, c'est-à-dire des prix inflationnistes qui ne sont pas corrigés par la hausse du chômage. Stagnation économique en présence d'une hausse des prix.


Certains signes de ce phénomène commencent à apparaître aux États-Unis et dans l'UE, où les perspectives de consommation s'effondrent, entraînant une diminution des achats de biens discrétionnaires et une réduction de la demande d'achats facilement reportables tels que l'habillement, l'ameublement, les tapis, certains services d'entretien, les nouvelles constructions et les repas au restaurant. Les consommateurs, tant aux États-Unis que dans l'Union européenne, commencent à se tourner vers des marques moins chères ou des marques de distributeur pour des produits tels que l'alimentation, l'alcool, le tabac et d'autres articles ménagers, ainsi qu'à réduire leur épargne et à augmenter les achats à crédit pour les articles jetables.


La grande crainte est que les gouvernements aillent trop loin dans le ralentissement des achats. Lorsque cela se produit, les stocks commencent à s'accumuler, les bénéfices des entreprises diminuent, ce qui entraîne des licenciements, puis la fermeture définitive de certains sites de production. Cette fois, la croissance des stocks s'accélère déjà parce que de nombreuses entreprises ont prédit des pénuries d'approvisionnement en raison de nouvelles défaillances de la chaîne d'approvisionnement et ont commencé, il y a 6 à 12 mois, à stocker des marchandises pour les vendre dans la période actuelle (tout comme les gens l'ont fait au début de la pandémie avec du papier toilette ou des masques de protection lorsque les rayons des magasins ont commencé à se vider). Ils se préparent maintenant à se débarrasser de ces stocks, tout en licenciant des personnes.


Enfin, et nous y reviendrons plus en détail dans le prochain volet, la Chine semble se rapprocher de plus en plus de la fin de ses taux de croissance. Son marché immobilier est en crise et ses méthodes pour contenir la pandémie réduisent fortement l'activité économique, qui se propage ensuite dans le monde entier. Si la Chine tombe dans une récession profonde et durable, elle entraînera le reste du monde dans sa chute et rendra les politiques monétaires des États-Unis et de l'Union européenne (telles que la hausse ou la baisse des taux d'intérêt) beaucoup moins efficaces. Les producteurs de porcs des pays développés se sont habitués à une augmentation progressive de la demande mondiale, mais cette situation pourrait facilement changer sur une période prolongée, déclenchant une concurrence brutale entre les producteurs dans la poursuite d'une demande mondiale en baisse, qui résistera fortement à une reprise de la croissance.


Par : Dennis DiPietre (12/09/2022)

Source : 3trois3.com

Photo : rawpixel.com