Menace de fermeture à Montréal : L’usine de Sanimax à Saint-Hyacinthe pourrait être affectée


Sanimax menace de fermer ses installations à Montréal si la Communauté métropolitaine de Montréal adopte un règlement plus sévère sur les odeurs et les rejets atmosphériques. Une telle possibilité pourrait entraîner un « déséquilibre » des activités à Saint-Hyacinthe, reconnaît l’entreprise.


« Comme les installations québécoises de Sanimax opèrent en synergie et en lien direct avec les activités des autres partenaires de l’industrie, il faut s’attendre à ce qu’une telle situation puisse entraîner un déséquilibre dans les activités de Sanimax à Saint-Hyacinthe », nous indique-t-on chez Sanimax.


Le règlement sur les rejets à l’atmosphère a été adopté en juin par la Communauté métropolitaine de Montréal. En plus de resserrer les règles sur les odeurs, les nouvelles balises, si elles sont entérinées par le ministère de l’Environnement, permettront aux municipalités de suspendre ou de révoquer un permis d’exploitation. Le tout pourrait donc toucher l’usine située à Rivière-des-Prairies à Montréal. Québec a 60 jours pour donner suite et pourrait donc dévoiler ses intentions dans les prochains jours.


Selon Sanimax, la forme actuelle du règlement aurait des conséquences majeures pour la chaîne agroalimentaire du Québec. « Nos installations québécoises, incluant notre usine de Saint-Hyacinthe, s’inscrivent dans un équilibre fragile avec les autres partenaires de l’industrie. Si les activités de l’usine de Montréal étaient interrompues du jour au lendemain, c’est toute l’industrie au Québec qui en subirait les répercussions environnementales, sanitaires et agroalimentaires », dénonce-t-on.


L’entreprise poursuit en précisant qu’il est prématuré de se prononcer sur les répercussions précises pour l’usine de Saint-Hyacinthe. « Nous sommes actuellement engagés aux côtés de l’ensemble de l’industrie pour que le règlement tienne compte de notre rôle clé dans la chaîne agroalimentaire du Québec. »


Rappelons que l’usine située dans le quartier Sainte-Rosalie fait depuis longtemps l’objet de nombreuses plaintes en raison d’odeurs de putréfaction. L’entreprise a d’ailleurs reçu toutes les autorisations pour agrandir ses installations afin d’accueillir les camions à portes closes dans l’espoir de réduire les odeurs dans le secteur.


Par : Sarah-Eve Charland (25/08/2022)

Source : lecourrier.qc.ca (Le Courrier de St-Hyacinthe)

Photo : Phototèque | Le Courrier (tirée du présent article)