Nouveau fonds de 100 millions pour l’industrie de la transformation alimentaire


Investissement Québec et le Fonds de solidarité FTQ s’associent à la société d’investissement Claridge de Stephen Bronfman pour créer un fonds spécialisé qui investira dans des entreprises de transformation alimentaire au Québec.


Ce nouveau fonds prévu à hauteur de 100 millions de dollars fera des prises de participation minoritaires ou majoritaires au capital-actions d’« entreprises de transformation alimentaire novatrices en vue de les transformer en chefs de file nord-américains, en ajoutant de la valeur à toutes les étapes de leur développement », peut-on lire dans un communiqué.


Des 100 millions prévus dans ce fonds qui sera géré par Claridge, une part de 35 millions provient d’Investissement Québec et une autre part de 22,5 millions provient du Fonds de solidarité FTQ.


Chez Claridge, on explique cet intérêt pour l’industrie alimentaire en continuité des investissements totalisant plus de 400 millions qui ont été réalisés dans une dizaine d’entreprises de ce secteur en Amérique du Nord au cours des 20 dernières années.


« Nous voulons investir ensemble dans des sociétés de grande qualité pour devenir des partenaires actifs et les accompagner dans la mise en œuvre de leurs stratégies de croissance », indique Pierre Boivin, président et chef de la direction de Claridge.


La gestion de ce fonds d’investissement sera assurée par Ludovic Dumas, vice-président aux investissements directs chez Claridge, et son adjoint Bob Leonidas. Selon Claridge, ce duo accumule « plusieurs décennies d’expérience en investissement et en gestion d’entreprises de transformation alimentaire au Québec, au Canada et à l’international ».


Chez Investissement Québec, le PDG Guy LeBlanc indique par communiqué que la société d’État est « fière d’avoir permis la création de ce nouvel outil de financement novateur qui vise à propulser la croissance de joueurs clés du secteur de la transformation alimentaire d’ici ». « Nous reconnaissons le rôle stratégique de cette industrie pour son incidence sur le développement économique du Québec et de ses régions, et sa contribution essentielle à notre autonomie alimentaire. »


Au Fonds de solidarité, la présidente et cheffe de la direction, Janie C. Béïque, souligne que « ce nouveau partenariat améliorera l’accès au financement à long terme pour le secteur québécois de la transformation alimentaire » ; un secteur dans lequel le Fonds indique avoir investi 1,3 milliard depuis ses débuts.


« Des entreprises de cette industrie stratégique pour l’économie québécoise pourront ainsi compter sur le capital patient et l’accompagnement nécessaires pour assurer leur croissance dans un marché en pleine évolution », selon Mme Béïque.


Article original paru sous le titre : Nouveau fonds de 100 millions pour l’industrie alimentaire


Par : Martin Vallières (25/01/2022)

Source : lapresse.ca

Photo : Martin Tremblay | Archives La Presse (tirée de l'article original)