Nouveau record pour l'Indice FAO des prix de la viande


"Les prix des denrées alimentaires restent proches de leurs récents sommets, reflétant l'étroitesse persistante du marché et posant un défi à la sécurité alimentaire mondiale pour les plus vulnérables", prévient l'économiste en chef de la FAO.


Avril est venu avec une image mitigée sur le marché alimentaire mondial, alors que les prix mondiaux des produits alimentaires ont diminué après un bond important le mois précédent, entraîné par de modestes baisses des prix des huiles végétales et des céréales, a rapporté la FAO des Nations Unies. Cependant, malgré la baisse signalée pour les huiles végétales et les céréales, les prix de la viande ont atteint un nouveau record, selon la FAO.


L'Indice FAO des prix des produits alimentaires s'établissait en moyenne à 158,5 points en avril 2022, en baisse de 0,8 % par rapport au niveau record atteint en mars. L'indice, qui suit les variations mensuelles des prix internationaux d'un panier de produits alimentaires couramment échangés, est resté supérieur de 29,8 % à son niveau d'avril 2021.


L'Indice FAO des prix des huiles végétales a diminué de 5,7% en avril, annulant près d'un tiers de l'augmentation enregistrée en mars, le rationnement de la demande ayant fait baisser les prix des huiles de palme, de tournesol et de soja. Les incertitudes concernant les disponibilités exportables de l'Indonésie, premier exportateur mondial d'huile de palme, ont contenu de nouvelles baisses des prix internationaux.


"La légère baisse de l'indice est un soulagement bienvenu, en particulier pour les pays à faible revenu et à déficit vivrier, mais les prix des denrées alimentaires restent proches de leurs récents sommets, reflétant des tensions persistantes sur le marché et posant un défi à la sécurité alimentaire mondiale pour les plus vulnérables, », a déclaré Máximo Torero Cullen, économiste en chef de la FAO.


L'Indice FAO des prix des céréales a baissé de 0,7 point en avril, poussé par une baisse de 3 % des prix mondiaux du maïs. Les cours internationaux du blé, fortement touchés par le blocage continu des ports en Ukraine et les inquiétudes suscitées par l'état des récoltes aux États-Unis d'Amérique, mais tempérés par des expéditions plus importantes de l'Inde et des exportations plus élevées que prévu de la Fédération de Russie, ont augmenté de 0,2 %. Les prix internationaux du riz ont augmenté de 2,3 % par rapport à leurs niveaux de mars, soutenus par une forte demande de la Chine et du Proche-Orient.


Pendant ce temps, l'indice FAO des prix du sucre a augmenté de 3,3 %, soutenu par la hausse des prix de l'éthanol et les inquiétudes concernant le démarrage lent de la récolte 2022 au Brésil, le plus grand exportateur mondial de sucre.


L'Indice FAO des prix de la viande a augmenté de 2,2% par rapport au mois précédent, établissant un nouveau record, alors que les prix de la viande de volaille, de gros et de boeuf ont augmenté. Les prix de la viande de volaille ont été affectés par les perturbations des exportations de l'Ukraine et l'augmentation des épidémies de grippe aviaire dans l'hémisphère Nord. En revanche, les prix de la viande ovine ont été légèrement inférieurs en moyenne.


L'Indice FAO des prix de la viande a atteint en moyenne 121,9 points en avril, en hausse de 2,7 points (2,2%) par rapport à mars et établissant un nouveau record. La vigueur persistante des prix découlait de la hausse des prix mondiaux de la volaille, du porc et de la viande bovine. L'augmentation du prix de la viande de volaille a été stimulée par une demande solide dans un contexte de pénurie de l'offre mondiale. Dans le même temps, les prix de la viande de porc ont encore augmenté, bien que moins fortement qu'en mars, en raison de la faiblesse prolongée de l'offre de porcs de boucherie en Europe occidentale et de la forte demande intérieure dans les grands pays producteurs. Les prix mondiaux de la viande bovine ont augmenté modérément, reflétant les volumes d'exportation élevés du Brésil, malgré la faiblesse de l'offre de bovins de boucherie. Avec cette augmentation, les prix de la viande bovine ont atteint un nouveau record. En ce qui concerne la viande ovine, les fermetures liées à la pandémie et les retards portuaires en Chine ont facilité les achats de viande du pays, faisant légèrement baisser les prix.


L'Indice FAO des prix des produits laitiers a également augmenté de 0,9 %, en raison d'un resserrement persistant de l'offre mondiale, la production de lait en Europe occidentale et en Océanie continuant d'être inférieure à ses niveaux saisonniers. Les prix mondiaux du beurre ont le plus augmenté, influencés par une forte augmentation de la demande associée à la pénurie actuelle d'huile de tournesol et de margarine.


Source : euromeatnews.com (09/05/2022)

Photo : tirée de l'article original