Réajustements du marché et vagues d'incertitude pour le secteur porcin mondial


La Covid-19 demeure la plus grande inconnue en ce qui concerne la chaîne d'approvisionnement mondiale du porc. La production et la demande sont vulnérables à toute perturbation, prévient Rabobank.


La pandémie a certainement fait des ravages sur le commerce mondial du porc et continuera de le faire, selon les analystes de Rabobank. La pandémie a entraîné de nombreux changements dans la gestion de la chaîne d'approvisionnement et les modes de consommation, qui continueront d'évoluer, prévient la banque dans son premier rapport trimestriel pour 2022.


"Bien que beaucoup de choses soient incertaines, une certitude est que les coûts des intrants continuent d'augmenter - les tarifs d'expédition , les prix de l'énergie et les prix des céréales fourragères, ainsi que les coûts de main-d'œuvre, constituent un défi pour les chaînes d'approvisionnement du porc. Dans une économie en ralentissement, les producteurs et les transformateurs ont du mal à répercuter tous les coûts supplémentaires sur les consommateurs, de sorte que les marges seront sous pression.


Les importations et les exportations mondiales de porc diminueront probablement par rapport aux niveaux de 2021, principalement en raison de la réduction de la demande d'importation de la Chine à mesure que la production locale se redresse. Bien que les pays importateurs traditionnels – principalement le Japon et la Corée du Sud, ainsi que quelques nouveaux pays importateurs – augmenteront probablement leurs importations, les principaux exportateurs devront trouver un nouvel équilibre entre l'offre et la demande », indique le rapport.


Voici les principaux faits saillants pour les trois prochains mois :


- Chine : la faiblesse de la demande exerce une pression à la baisse sur les prix du porc. La production de porc va croître, tirée par l'amélioration de la qualité des truies.


- Europe : l'offre excédentaire en Europe maintient la pression à la baisse sur les prix. La PPA se propage au nord de l'Italie, ce qui complique potentiellement les échanges.


- États-Unis : la réduction de l'offre de porc au premier semestre soutiendra les prix et aidera à compenser la hausse des coûts. Le Covid perturbe l'abattage et la distribution, menaçant la demande.


- Brésil : Le temps sec fait encore augmenter les prix des aliments. L'année électorale devrait apporter plus de volatilité sur le marché du porc.


- Asie du Sud-Est : les épidémies de Covid et de PPA ont un impact sur les marchés du porc d'Asie du Sud-Est. La production de porc au Vietnam et aux Philippines augmentera, bien que lentement.


- Japon : la demande s'affaiblit alors que le Covid continue de se propager. Les importations de porc sont fortes, car le bœuf est plus cher.


Source : euromeatnews.com (31/01/2022)

Photo : tirée de l'article original