Reprise post-COVID : Transformateurs de viande et pénuries de travailleurs



Avec la flambée de la demande de protéines, des entreprises offrent à leurs employés de meilleurs avantages et des horaires flexibles alors qu’elles envisagent une utilisation accrue de l’automatisation dans l’ensemble de leurs activités.


Pour Tyson Foods, le début de la saison estivale des grillades et le retour des consommateurs dans les restaurants ont permis au géant de la transformation du bœuf, du porc et de la volaille de se préparer à une forte demande pour ses offres.


Mais les perspectives optimistes ont été remplacées par des problématique liées au manque de personnel des chaînes de transformation dans certaines de ses 140 usines. Cette difficulté conserver et d’attirer de nouveaux travailleurs n’est pas unique à cette compagnie. Elle est similaire dans l’industrie alimentaire et d’autres secteurs de l’économie américaine.


« Nous avons des usines qui ont plus de difficultés que d’autres lorsqu’il s’agit de trouver suffisamment de travailleurs, a déclaré Hector Gonzalez, vice-président senior des ressources humaines de Tyson. « Si les gens ne sont pas là, nos usines ne fonctionneront pas. Il est plus difficile, de nos jours, de voir le type de flux de candidats nécessaire pour combler les postes. »


Des avantages sociaux pour attirer les travailleurs


Tyson a trouvé des moyens de stabiliser la main-d’œuvre de l’entreprise et d’améliorer les taux de rétention. Au moins quatre usines proposent un horaire de travail avec moins de jours mais des heures quotidiennes plus longues afin que le personnel puisse passer plus de temps à la maison. Ils offrent aussi aux employés 40 heures de rémunération pour 36 heures de travail. Tyson cherche également à déplacer davantage de quarts de travail en jours ou en semaine, plutôt que le samedi et le dimanche soir, pour répondre aux préférences des travailleurs.


Le transformateur de bœuf, de porc et de poulet a ouvert six centres d’embauche au cours des six derniers mois et dispose de sept cliniques de santé sur ou à proximité d’une usine où les membres de l’équipe et leurs familles peuvent obtenir des soins primaires. Le salaire moyen, y compris les avantages sociaux, a régulièrement augmenté au cours des cinq dernières années pour les travailleurs de première ligne de Tyson à 22 $ l’heure.


Gonzalez a déclaré que ces incitations, associées à l’utilisation de chatbots et d’incitations à la recommandation pour ses employés existants, a permis d’augmenter le nombre de postulants.


« Ce sont toutes des choses qui aident vraiment à nous différencier de nos concurrents », déclare-t-il.


Joe Sanderson, PDG de Sanderson Farms, a déclaré récemment qu’il était optimiste que la situation du travail s’améliorerait dans les mois à venir, mais qu’il n’était toujours pas facile de trouver suffisamment de travailleurs dans certains endroits. « Nous sommes à court de main-d’œuvre. Cela ne fait aucun doute », a déclaré Sanderson. « Nous avons plus d’absents et nous pourrions embaucher un tas de personnes en ce moment. »


La pénurie de main-d’œuvre aggravée par la pandémie


Les transformateurs de viande et de volaille aux États-Unis ne sont que quelques-unes des nombreuses industries à travers le pays qui luttent pour trouver suffisamment de travailleurs. Les restaurants, le commerce de détail, la construction et la fabrication sont parmi les autres catégories les plus durement touchées. Des entreprises alimentaires telles que Kraft Heinz et Post Holdings ont également souligné leurs propres défis en la matière.


Le département du Travail a déclaré que les offres d’emploi aux États-Unis en avril, le mois le plus récent pour les données disponibles, avaient bondi de près de 1 million à 9,3 millions à la fin du mois. Il s’agit du total mensuel le plus élevé depuis le début du rapport en 2000. Le nombre de personnes qui ont volontairement quitté leur emploi a également atteint un nouveau record de 4 millions en avril, fournissant une nouvelle preuve que les travailleurs sont optimistes quant à la possibilité de trouver d’autres formes d’emploi.


Dans la plupart des cas, les pénuries de travailleurs varient d’un établissement à l’autre ou selon la géographie.


Tyson, le plus grand transformateur de poulet du pays, estime que certains jours jusqu’à 15 % à 20 % de ses 120 000 membres ne se présentent pas au travail – un chiffre qui prend en compte une multitude de raisons, y compris les personnes malades, qui avaient un rendez-vous chez le dentiste ou qui devait assister à une rencontre à l’école pour leurs enfants.


« Cette industrie a été confrontée à un petit bassin d’employés avant la COVID. Il est sans doute plus petit encore aujourd’hui », a déclaré Chad Hart, économiste agricole à l’Iowa State University. « Ce problème existe depuis un certain temps. La COVID n’a pas créé le problème. La COVID l’a simplement exacerbé. »


« La transformation de la viande et de la volaille est un travail difficile et physiquement exigeant. Dans certains cas, les travailleurs doivent effectuer la même tâche encore et encore, ou travailler avec des machines, ce qui peut être dangereux », a ajouté Hart. « Les usines ont souvent tendance à être situées dans des zones rurales à proximité de l’endroit où les animaux sont élevés, ce qui augmente la difficulté pour les entreprises d’attirer et de garder des travailleurs. »


Hausse de la demande de viande et de volaille


Les difficultés rencontrées par les usines de bœuf, de porc et de volaille pour garder leurs rangs complets surviennent alors que les consommateurs redemandent de la viande plus que jamais, que les restaurants accueillent à nouveau des clients et que le poulet n’a jamais été aussi populaire.


Même avec l’essor de la consommation d’origine végétale, la demande de viande a augmenté. L’USDA a estimé en mai que l’Américain moyen consommera 223,9 livres de viande rouge et de volaille en 2021, contre 204,6 livres il y a dix ans.


Selon le North American Meat Institute, l’industrie de l’abattage et de la transformation des animaux emploie plus de 515 000 personnes, citant les statistiques du Département du travail. Les données montrent que plus de 330 000 d’entre eux travaillent dans des professions de la production, telles que les superviseurs de lignes de production et les opérateurs, les travailleurs de la transformation des aliments, les bouchers et les coupeurs de viande. Près de 78 000 personnes travaillent comme abatteurs et emballeurs de viande, a estimé le ministère du Travail en mai 2021.


Source : actualitealimentaire.com (26/10/2021)


Article original paru sous le titre :

Reprise post-COVID 1 : Les transformateurs de viande aux prises avec des pénuries de travailleurs


Photo : tirée de l'article original