Une étude met l’accent sur l’augmentation rapide du nombre de consommateurs “climavores”


La société internationale de conseil en gestion Kearney a publié son enquête 2022 sur le Jour de la Terre, qui mesure l’élan croissant du “climavorisme” parmi les consommateurs – en référence à la réalisation de choix alimentaires réfléchis basés sur l’impact environnemental.


L’enquête de cette année a interrogé 1 000 consommateurs américains sur leur connaissance et leur avis sur le lien entre les préférences alimentaires et les préoccupations liées au changement climatique. Les résultats ont montré que de nombreux consommateurs sont conscients du problème et sont prêts à modifier leurs comportements en matière d’achats alimentaires.


“Le choix quotidien des aliments est un appel à l’action pour les consommateurs désireux d’avoir un impact positif sur les résultats climatiques, puisque près d’un tiers des consommateurs de notre enquête prennent en compte l’impact environnemental lorsqu’ils font leur courses”, a déclaré Corey Chafin, partenaire associé chez Kearney spécialisé dans les habitudes des consommateurs et auteur principal de l’étude.



Le goût et le coût arrivent en tête


Selon l’enquête, les trois facteurs d’influence les plus importants sur les choix d’achat des répondants sont l’accès (la capacité de trouver et de préparer les aliments), la faim (le désir de manger immédiatement) et la culture (les préférences gustatives et le lien familier avec les aliments).


Sur la base des comportements d’achat déclarés par les consommateurs dans les épiceries, les services alimentaires et les canaux de commande en ligne, l’étude de Kearney a révélé que le goût et le coût étaient respectivement le premier et le deuxième critère le plus important pour les consommateurs. Le coût a plus fortement influencé les achats en ligne, tandis que le goût a guidé les décisions dans les restaurants.



Kearney affirme que l’industrie alimentaire doit prêter une attention particulière au segment croissant des consommateurs “climavores”, car ils sont porteurs d’un réel élan et car le secteur alimentaire sera probablement soumis à de futurs mandats si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas réduites volontairement.


L’intérêt envers les produits végétaliens est-il en diminution ?


L’étude a également révélé une réaction plus négative des consommateurs à l’égard des alternatives alimentaires végétaliennes, puisque 19 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient susceptibles d’acheter de tels produits au cours des 12 prochains mois, contre 31 % en 2021.


À cet égard, un nombre croissant d’initiés à l’alimentation végétale affirment que trop d’ingrédients transformés et d’allégations de durabilité douteuses affectent l’industrie et ont commencé à réclamer des réformes et des clarifications de ce côté-là. Il reste à voir comment les entreprises véganes réagiront à ce genre d’études réalisées auprès des consommateurs. Toutefois, l’effet des “climavores” ne peut être ignoré.


Comme le dit Chafin, “les entreprises alimentaires doivent ajouter l”impact climatique’ à la reformulation de leurs produits et à leurs campagnes de conception à valeur ajoutée pour se préparer à l’augmentation du nombre de consommateurs climavores.”


Source : vegconomist.fr (25/04/2022)

Image : rawpixel.com