Une base de données interactive contribuera à transformer l’élevage industriel


Les lois et les arrêtés affectant les animaux d’élevage ont tendance à manquer de cohérence et varient largement d’un pays à l’autre. Pour remédier à cela, la fondation britannique Jeremy Coller a lancé une nouvelle base de données interactive appelée CALF.


CALF rassemblera la législation et les politiques relatives à tous les aspects liés à l’agriculture animale industrielle, notamment en ce qui concerne le bien-être animal, la surconsommation d’antibiotiques, la durabilité et le commerce international. En consultant la base de données, les utilisateurs pourront comparer les approches adoptées dans le monde entier, à titre d’exemple, ils pourront voir quels pays reconnaissent les animaux comme des êtres doués de sensibilité.


La Fondation Jeremy Coller espère que les informations fournies par la base de données faciliteront la transformation du système alimentaire, puisque les utilisateurs pourront s’inspirer des lois progressistes d’autres juridictions pour les aider à rédiger de nouvelles lois. En outre, la base de données aidera les utilisateurs à analyser les forces et les faiblesses des différentes approches.


Une législation en évolution


Historiquement, les lois agricoles ont offert une protection limitée aux animaux et à l’environnement. Mais le vent commence lentement à tourner : en début d’année, l’Union européenne a voté en faveur de l’élimination totale des cages pour les animaux d’élevage.


La législation commence également à évoluer en faveur de la production d’aliments et de boissons d’origine végétale. Les tentatives visant à restreindre la commercialisation des produits à base de protéines alternatives ont échoué à plusieurs reprises et un nouvel accord politique historique conclu au Danemark prévoit l’octroi de subventions aux agriculteurs qui cultivent des végétaux au lieu d’élever des animaux.


“Sans objectifs ni direction claire, il n’y aura pas de transition écologique de l’industrie alimentaire”, a déclaré Frederik Madsen, chef du secrétariat de l’Association danoise des aliments végétaliens. “À l’avenir, nous devons nous concentrer davantage sur la production d’aliments qui peuvent être consommés sans passer d’abord par une vache ou un porc.”


Source : vegconomist.fr (18/10/2021)


Photo : Compassion in World Farming (tirée de l'article original)