top of page

Une nouvelle porcherie verra le jour à Maricourt


Une nouvelle porcherie est en voie de se concrétiser dans la région de Valcourt, dans le 8e rang de Maricourt aux limites de la municipalité de Sainte-Christine.


Le projet d’élevage porcin de 3996 porcs à l’engraissement sera soumis à une consultation publique en visioconférence le 28 avril, pour entendre les préoccupations des citoyens et déterminer si des mesures d’atténuation sont requises pour favoriser l’intégration de la ferme dans son environnement.


Le maire de Maricourt Robert Ledoux a appris l’existence de ce projet il y a deux mois, révèle-t-il, même si sa municipalité sera appelée à émettre le permis de construction dans quelques semaines au terme de la consultation publique.


Il a peu d’informations sur le projet, mais il se proposait d’aller à la rencontre du promoteur dans les prochains jours pour en apprendre davantage sur ses intentions, a-t-il précisé à La Tribune. Le promoteur exploiterait déjà une porcherie de maternité à Saint-Valérien-de-Milton en Montérégie.


La consultation publique sera menée par la MRC du Val-Saint-François qui possède l’expertise pour mener à bien cette procédure légale imposée par la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme après que le ministère de l’Environnement a émis le certificat d’autorisation et que le projet a été jugé conforme au règlement d’urbanisme de la municipalité.


L’avis public de consultation a été publié mercredi par la MRC. Après la rencontre du 28, il sera possible d’envoyer des commentaires par écrit jusqu’au 13 mai.


Les modalités pour participer à la consultation ainsi que la documentation détaillée sont accessibles sur le site internet de la MRC à l’adresse www.val-saint-francois.qc.ca/consultation-ecrite


Un deuxième projet en moins d’un an


Le projet de Maricourt ressemble en tout point, tant par son ampleur que par sa localisation en zone agricole, à celui qui avait été soumis à la consultation publique l’été dernier dans le Canton de Valcourt. Les deux porcheries seront distantes d’environ 4 km à vol d’oiseau.


On se rappellera que dans le Canton de Valcourt, plusieurs citoyens, dont deux conseillers municipaux de Maricourt, avaient vivement exprimé leur opposition à la construction d’une porcherie de 3996 têtes dans la région et déploré que la consultation ne porte que sur des mesures d’atténuation, sans pouvoir discuter de la pertinence ni bloquer le projet.


Pour avoir parlé du dossier avec quelques-uns de ces opposants dans les derniers jours, le maire Ledoux croit qu’ils ne s’alarmeront pas cette fois-ci.


«Ils vont venir à la consultation et se faire entendre, dit-il, mais ils se sont informés et ils savent qu’on ne peut pas faire grand-chose [contre le projet].»


«On est en territoire agricole et c’est un usage agricole, ajoute le maire, alors c’est normal. Si quelqu’un veut installer une ferme ou une porcherie, on ne peut pas dire grand-chose. À quel autre endroit pourrait-il aller? On va pouvoir imposer certains petits règlements, mais le projet va suivre son cours.»


Les mesures d’atténuation


Soulignons que dans le cas des projets d’élevage porcin au Québec, la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme permet à une municipalité d’assujettir la délivrance du permis de construction à l’une ou plusieurs des cinq conditions suivantes:


Recouvrement de la fosse de lisier;

Incorporation le lisier au sol en moins de 24 heures;

Distances séparatrices par rapport au voisinage;

Écran brise-odeurs;

Équipement économiseur d’eau.


Par Jacynthe Nadeau (15/04/2021)


Source : latribune.ca


Photo : Capture d'écran (tirée de l'article original)

bottom of page